• Ca a commencé vendredi dernier. Mais à ce moment là ce n'était qu'anecdotique. Non. A dire vrai cela a même commencé un peu plus tôt, quelques jours après La Baule en fait...
    Ma voiture attendait gentiment je vienne la chercher dans le garage des parents de P'tit Loup après une semaine d'infidélité dans les bras d'une twingo (oui, je sais, c'est mal). Et là, au moment de la démarrer, elle n'a rien voulu savoir. Qu'à cela ne tienne, j'ai poursuivi ma liaison avec la twingo empruntée avant d'échanger cette dernière avec sa sœur plus âgée..
    Et c'est ainsi que nous coulâmes des jours heureux, ma covoitureuse de choc et moi, en alternant nos (vieilles voitures).
    Vendredi matin, je dépose covoitureuse de choc à son école et m'en vais gaiement (et presque réveillée) rejoindre la mienne lorsque soudain, à la sortie du village... plus rien. La voiture s'arrête. Quelque peu alarmée, je redémarre et poursuis mon chemin. Re la-voiture-s'arrête. En roulant à 70 km/h ça fait un drôle d'effet. Tant bien que mal, j'arrive à destination après un trajet passablement stroboscopique.
    Et c'est ainsi que vendredi soir à 17h une dépanneuse embarqua la voiture et nous avec jusqu'au concessionnaire le plus proche (pas si proche) avant qu'un taxi ne vienne nous récupérer et nous ramène chez nous. Bref, plutôt bien foutu le rapatriement.
    Nous avons donc repris nos trajets quotidiens avec la twingo et tout aurait été parfait si elle n'avait pas eu une fâcheuse tendance à consommer autant d'eau que d'essence.
    « Ce n'est pas normal ! » m'écriais-je... mais l'ON me rétorqua que cela n'était pas bien grave à condition toutefois de penser à la désaltérer régulièrement. Soit. J'ai donc passé la semaine à abreuver la bête histoire qu'elle ne décide pas brusquement d'aller étancher sa soif dans la première rivière qu'elle croiserait.
    Jeudi soir, avant de quitter l'école, je remplis le réservoir d'eau. Une dizaine de km plus loin, de la fumée blanche s'échappe du capot. Je m'arrête à l'école de covoitureuse, en profite pour téléphoner à p'tit loup (mon bouygues ne capte pas dans ce village) et attend un moment avant de remplir à nouveau le réservoir d'eau !
    Covoitureuse étant partie avec un autre collègue car je dois me rendre à une réunion, je reprends seule ma route, direction Bordeaux (je « sèche » la réunion car la panne semble imminente). Les premiers km sur l'A10 se passent plutôt bien mais au moment de franchir le pont de la Dordogne la twingo ralentit alors que j'écrase l'accélérateur. J'éteins la musique pour mieux entendre le bruit cacophonique du moteur lorsque j'accélère tandis que tous les voyants du tableaux de bords commencent à s'exciter. Clignotant (tiens, un voyant de plus), j'emprunte la première bretelle de sortie... au secours la route monte ! premier rond point, la voiture s'arrête... ça fume de partout ! concert de klaxon derrière moi (c'est l'heure de la débauche et je bloque l'accès au rond point). Je redémarre en priant le dieu des twingo, ouf ça marche... je vise en fait une zone industrielle à 300 m de là sur laquelle je pourrai me garer sans bloquer la circulation. Dix secondes plus tard la voiture rend l'âme.. aidée par le relief géographique je laisse la voiture descendre la pente, franchir le deuxième rond point et l'arrête au frein à main sur une sorte de bande d'arrêt d'urgence miniature.
    Faisons le point sur la situation : je suis en panne à une quinzaine de km de la maison, manifestement c'est grave (de drôles de liquides coulent de sous le capot) au point que je ne tente même pas de voir si le moteur peut redémarrer, la batterie de mon portable est presque à plat, je suis arrêtée au milieu de nulle part pourtant la circulation est très dense et ma vessie va exploser.
    J'appelle P'tit Loup « cette fois je suis définitivement en panne ». je sais d'expérience que les services d'assistance vous font patienter deux heures sur boite vocale avant de prendre votre appel, je le charge donc de les contacter histoire de sauver ma batterie.
    Appel de P'tit loup : « toutes leurs lignes sont occupées, ils ont pris nos numéros ils rappellent dès qu'une ligne est disponible »
    J'abandonne la voiture et part en quête d'un endroit où soulager mon envie de plus en plus pressante ; je finis par dénicher un pré non fauché assez isolé (il faut dire que ça fait un moment que je marche). Au moment de me rhabiller le téléphone sonne.
    Vdghgdg (nom incompréhensible) assistance bonjour, vous nous avez appelés..
    C'est donc accroupie dans les herbes hautes et les fesses à l'air que je décris au téléphone le contexte de la panne, explique où se trouve la voiture et indique tous les numéros que l'on me demande. Et non monsieur, je ne peux pas noter le numéro de dossier (d'ailleurs j'aimerais bien me rhabiller...) .
    Deuxième appel du service d'assistance :
    Vdghgdg (nom toujours aussi incompréhensible) assistance bonjour, j'ai contacté la société de dépannage mais comme votre voiture se trouve encore sur le domaine autoroutier il faut que vous appeliez la police qui vous enverra une dépanneuse à laquelle vous donnerez votre numéro de dossier.
    Je soupire et compose le 17.
    - Bonjour monsieur, ma voiture est tombée en panne à la sortie de l'autoroute A10 à hauteur d'Ambares, mon service d'assistance prétend que je me trouve encore sur le domaine autoroutier et souhaite donc que vous fassiez en sorte de me sortir de ce pétrin...
    - Je vous passe la gendarmerie de truc muche
    - (soupir) Bonjour madame, ma voiture en panne, bla bla bla, dépanneuse siouplait.
    - Ah, mais je ne m'occupe que du tronçon payant, raccrochez et rappelez le 17 en leur expliquant parce que moi je ne peux rien pour vous.
    Tandis que je me décompose sous la chaleur, je recompose le 17
    - Bonjour monsieur, je viens de vous appeler parce que mon véhicule est en panne, bla, bla, bla, tronçon payant, bla, bla, bla, dépanneuse siouplait.
    - Ah bon ? ça doit être les CRS qui s'en occupent, je vous les passe !
    (Stupéfaction, mais qu'est ce que les compagnies républicaines de sécurité viennent faire là dedans ?)
    - Bonjour Monsieur, mon véhicule est en panne, personne ne peut rien pour moi mais je suis sûre que vous, vous pouvez !
    - Ça dépend, c'est quoi comme voiture, la panne est grave ?
    - Une vieille twingo qui fait un bruit démentiel quand on accélère, refuse de démarrer et a répandu tous ses liquides sur le bitume à mes pieds.
    - Moui, je ne peux pas réparer. Où vous trouvez-vous exactement ?
    Suit une longue conservation où je décris tant bien que mal où me retrouver, jure que je n'ai pas volé cette voiture qui ne m'appartient pas et mendie de l'aide.
    - vous prenez ça avec humour !
    - manquerait plus que je devienne hystérique !
    - En fait, vous n'êtes pas sur le domaine autoroutier, votre service d'assistance aurait dû directement vous envoyer une dépanneuse. Vous voyez la grande clôture verte sur votre droite ?
    - Ça dépend dans quel sens je me trouve...
    - Ce sont les ASF, ils vont s'occuper de vous
    - Bien, bien, bien, et je les contacte comment ?
    - Ne vous en faites pas, je les appelle et vous les envoie.
    (soupir... de soulagement)
    heureusement, j'ai du boulot avec moi... ça occupe de remplir des dossiers en attendant une dépanneuse.
    1h plus tard la dépanneuse est là, la voiture chargée sur le pont nous repartons vers le garage... en sens inverse ...avant qu'un taxi ne me ramène à bon port.
    Il ne reste plus qu'à traverser Bordeaux sans voiture pour récupérer ma vieille Punto réparée entre temps.
    Partie de l'école à 16h45, je suis rentrée à la maison à 23 h... record battu.
    La bonne nouvelle dans tout ça, c'est que j'ai obtenu ma mutation. L'année prochaine j'irai travailler en bus ! ouf...
    La mauvaise... c'est que la twingo est définitivement morte...

    8 commentaires
  • J'ai cherché longtemps la pire carte d'anniversaire qui puisse se trouver sur le net...

    Y'avait pas pire que ça.

    J'aurais peut-être dû aller fouiller les skyblogs!

    Tu es un grand garçon maintenant, tu as passé l'âge de chasser les canettes sur le route, regarde plutôt où tu vas !

    Joyeux anniversaire mon amour!

    Et que le jus de ch... coule à flots!

     

     

     

    ...

    Post-it : pis si t'es sage tu auras une soirée d'anniversaire avec du champagne et des putes qui dansent sur du hip hop!


    9 commentaires
  • Je fais mon caprice!

    Je croise les bras j'arrête de respirer, je fronce les sourcils et je vais devenir toute rouge et na! Je peux même me rouler par terre au besoin. Et le dire à ma maman. Et toc.

    - Mamaaaaaaaaaaaaan j'en ai marre mon blog y fait rien que de t'embêter!

    - Ton quoi?

    - Oups, rien, oublie ce que je viens de dire...

    Ouin, je peux même pas me plaindre à ma maman en plus.

    Non mais c'est vrai quoi, en presque deux ans mon blog en a vu de toutes les couleurs, du noir, du vert, du violet, du rose du bleu, du blanc puis re-noir... Mon préféré c'était le rose girly... ça j'adorais. rien que la couleur me mettait de bonne humeur, du coup je postais plein de trucs! Le hic c'était que ça rendait les textes péniblement lisibles.

    Le récent bleu, même s'il est magnifique sur mes bottes.... faisait triste mais triste!

    Chériiiiii j'en ai marre de mon blog! aide moi ; Arf merde, c'est pas à lui qu'il faut demander conseil en matière de couleurs.

    Je ne me sens pas chez moi.

    Allez quoi, à votre bon coeur messieurs dames... zauriez pas un p'tit conseil couleur, là maintenant tout de suite?


    11 commentaires
  • Et je souhaite la bienvenue au libraire de l'ombre...

    C'est la première fois que quelqu'un de la vraie vie reconnaît Maîtresse... bon d'accord, que quelqu'un de la vraie vie reconnaît P'tit loup. Faudrait voir à ne pas chipoter!

    Si p'tit Loup n'était pas si goinfre, jamais je n'aurais eu ces éloges dithyrambiques de mes textes "waou"...

    Je suis aux anges. Si, si ça a illuminé ma journée!

    Et l'Amour qui trépigne autour de moi... histoire que je donne une suite à mon prologue en attente...

    Merci et bienvenue à toi, libraire de l'ombre!


    2 commentaires
  • Au royaume mérouvingien...

    Gwendoline, transformée en feuille de papier forcément vierge puisque c'est une princesse non mariée, sortira-t-elle indemne de la guerre qui déchire les grands fonds?

    La bouteille parlante saura-t-elle sortir les lottes à l'américaine de leur guerre séculaire?

    Le yépif finira-t-il par choisir une orientation sexuelle?

    Les palmiers rastas survivront-ils à la perte de leur seul ami animal?

    ...

    ...

    ...

    Le ti punch coula à flot...

    Les sushis furent sublimes...

    Les autres plats aussi d'ailleurs...

    Le week-end fabuleux...

    Merci!

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires