• Je m'appelle Médor et j'ai 8 mois. Tout le monde se moque de mon nom ridicule paraît-il... ah, que les humains peuvent être attachés aux conventions... Ma maîtresse a été bien inspirée de m'appeler Médor. Je suis un adorable chat adolescent (en pleine crise d'adolescence?) noir et blanc aux long poils soyeux... encore plus pot de colle qu'un caniche à sa mémère.

    Je suis également une machine à ronron. Ma maîtresse et son p'tit loup s'amusent beaucoup avec leurs expériences. Les pattes maintenues dans le dos:je ronronne. Suspendu par les pattes arrières: je ronronne. Salto arrière: je ronronne. Là où n'importe quel matou normalement constitué s'enfuirait après un grand coup de griffe se réfugier sous un meuble, moi je ronronne. Les expériences avancent. Par exemple je ne ronronne plus si le salto arrière est effectué en me tenant par les pattes arrières. là je vois le sol tellement près de ma truffe que je cesse de ronronner pendant au moins 12 secondes. N'hésitez pas à dénoncer ma maîtresse à la SPA, elle me martyrise. Bon d'accord, je reconnais qu'elle me fait aussi beaucoup de câlins et que la gamelle n'est pas mauvaise...

    Je rentre juste d'une expérience assez traumatisante pour le chaton sensible que je suis. Comme je faisais savoir à ma maîtresse que j'en avais assez d'être seul à la maison lorsqu'elle allait hanter certaine tannière, elle a décidé de m'y emmener. Mais je n'avais rien demandé moi! Attendez je vous raconte.

    hier en fin d'après-midi, alors que je dormais paisiblement sur mon fauteuil, l'infâme m'a saisi et m'a enfermé dans le sac qui me sert de moyen de locomotion. j'ai bien essayé de résister mais la bougresse est tout de même parvenu à ses fins. pfff

    Me voilà en voiture, aux côtés de ma maîtresse adorée qui chante à tue-tête en conduisant. mes pauvres oreilles...

    Premier arrêt en pleine campagne, dans une grande maison qui me rappelle vaguement quelque chose... bon sang, mais c'est bien sûr! je suis né ici! Et vas-y que je te décroche la ceinture, que je t'attrappe le sac, que je te dépose dans le salon et que je te libère. AAAAAHHHH enfer et damnation! c'est quoi tous ces chats? y'en a au moins 2! non 3! et j'en entends un quatrième derrière la porte! ouf j'ai trouvé la litière et la gamelle de croquettes. voilà quelque chose de rassurant. Ben voyons ça recommence, et vas-y que je te remets dans le sac, dans la voiture et qu'elle rechante.

    deuxième arrêt... tiens je connais ici... ah oui, c'est chez mamie. Ben quoi, ouvre le sac, laisse moi sortir... quoi? on repart déjà? c'était bien la peine de venir!

    Troisième arrêt... tiens, je ne connais pas ici. Beurk, ça pue et il y a plein de voiture. En plus on marche longtemps, ça tangue dans le sac. dis maman, c'est quand qu'on arrive? Escalier, porte entrouverte, on me dépose on m'ouvre le sac... enfin je peux sortir! tiens, un loup garou!

    Et là bas, c'est quoi? schhhhhh! au secours! maman! y'a un gros matou qui veut me manger!!!! fais quelque chose!!!

    Intrusion de la maîtresse dans le récit de son chat: Nous avons donc tenté de faire cohabiter nos chats le temps d'une nuit. Expérience assez désastreuse, les deux bestiaux étant aussi terrorrisés l'un que l'autre. cela a donné une sorte de guerre froide avec de temps en temps une crise cubaine, jusqu'à ce que nous séparions les belligérants chacun dans une pièce avec rotation régulière des territoires pour cause d'unicité de litière.

    J'essaie d'éviter l'affreux monstre le temps d'inspecter les lieux, de repérer MA gamelle contenant MES croquettes et de découvrir la litière que je renifle avec le plus grand dédain: quelle sorte d'individu ose y faire des crottes aussi malodorantes? ma vie est un enfer... Maaaman! y'a fufus i fait rien que d'm'embêter!

    Mais cela ne s'arrête pas là: ma maîtresse m'a abandonné là une bonne partie de la journée et quand enfin nous sommes partis, alors que je pensais raisonnablement retrouver ma maison et mon jardin, elle s'est arrêté chez Ellavoila. Deux chattes. Fourbes. Qui ont passé leur temps à me coincer dans les recoins de porte.

    Nous sommes enfin rentrés à la maison. je suis épuisé. Pas de tout repos la vie d'un chat de maîtresse!


    17 commentaires
  • Après les résolutions, je ferme les yeux et je fais un voeu.

    Chut, c'est un secret....


    6 commentaires
  • Moi Maîtresse Jones, saine de corps et même d'esprit énonce, pour la deuxième année consécutive et alors que cela lui était totalement étranger jusque là, ses (bonnes) résolutions pour l'année à venir :

    Petit rappel pour ceux qui n'étaient pas là à l'époque (autant dire à peu près tout le monde) ma seule et unique résolution 2004 : ne revoir aucun amant de 2003. résolution tenue. (ok, à deux exceptions près) NDLR

     

    (liste non exhaustive, non hiérarchisée et modifiable à l'envi)

     

    1-     Ne pas hurler « bonne année » le 31 à minuit avant de claquer deux bises à tous les convives... plutôt fêter dignement cette nouvelle année en m'éclipsant avec mon p'tit loup et ne rejoindre les autres que plus tard pour le claquage de bise traditionnel.

    2-     perdre trois kilos (non que ce soit absolument indispensable, Maîtresse Jones ayant malgré tout vaguement apparence humaine, mais bon, je sacrifie à une coutume féminine qui veut qu'il y a toujours 3 kilos à perdre)

    3-     ne plus me coucher au milieu de la nuit sous l'effet conjugué de blogland, msn et aol.

    4-     M'endormir plus souvent au petit matin après nuit d'amour échevelée.

    5-     Ne plus rater d'entraînement.

    6-     Faire des câlins à Médor (et pas seulement devant témoins)

    7-     Connaître le montant de mon découvert à 1000 euros près.

    8-     Ne tolérer aucune intrusion  du MDL (presque chef) Enfoiré dans ma vie. Econduire fermement le fourbe s'il insiste malgré tout.

    9-     Arrêter de fumer (non, là je déconne)

    10- Apprendre à tenir l'alcool (si tant est que cela s'apprenne)

    11- Orner ma peau des tatoos tant convoités

    12- ...Essayer de manger à chaque repas...

    13- ...

    14- ...

    15- ...

     

    Liste ouverte à toute suggestion, même malhonnête.

     


    7 commentaires
  • Eh non, raté, je ne vais pas parler de ce bouquin... que je n'ai d'ailleurs pas lu si mes souvenirs sont exacts. C'est juste une petite illustration... un peu tirée par les cheveux, j'avoue...car...

    Demain c'est vendredi! si, si, je vous assure! ce n'est pas une nouvelle à tomber de sa chaise ça?

    Pis moi, j'aime bien les vendredis. C'est chouette le vendredi! (rhaaa, je vous vois venir avec vos gros sabots prêts à écraser la fonctionnaire qui-veut-être-en-week-end... pffff, vous vous trompez!)  Ellavoila l'avait évoqué sur son blog, je l'avais annoncé dans mon pense-bête d'il y a quelques jours (penser à rayer ce post de la liste d'ailleurs...) le vendredi, c'est jour de jeux.

    Le vendredi, je n'ai pas d'élèves, je suis toute seule dans mon bureau, la tête penchée sous ma pesante casquette de directrice.

    Le vendredi, mon boulot est chiant, je ne vois pas âme qui vive sauf pendant les récréations ou quand je vais traîner mes guêtres dans les classes des potes histoire de mettre un peu d'ambiance. De temps en temps j'ai de la visite, les satellites de l'école venant faire un brin de causette en buvant leur café.

    A propos de café, le vendredi je livre le café dans les classes (mais non, pas aux gosses, arrête un peu, Charmeur, de balancer sur l'éducation nationale!), c'est mon rituel. Et puis ça distrait les gamins deux minutes.

    Je viens de me relire... il ne faudrait pas croire que c'est à ça que j'occupe ma journée! mais j'ai déjà parlé des tracasseries administratives et des réunions infructueuses... ça, ça me gonfle, alors de temps en temps je vais me dégourdir les jambes.

    Le vendredi je suis jolie (du moins j'essaie). Le vendredi, c'est jour de jupe. pas pratique les jupes les jours de classe, d'autant plus que je ne possède pas une seule jupe longue... je me rattrape le vendredi. A l'époque bénie où Ellavoila était là le vendredi, toute occupée à venir papoter dans mon bureau et m'empêcher de d'avancer mon boulot (noooon, je déconne ! tu me manques!!!!!!), elle accompagnait ma jupe courte, ou fendue, ou les deux, de l'un de ses décolettés ravageurs dont elle a le secret (chacun son domaine me direz vous)... et là nous étions parées à jouer!

    Car le but du jeu du vendredi est de provoquer dans cette école une tension sexuelle insoutenable. car nous sommes dans une des seules écoles de l'héxagone à forte population d'hommes. Est-il nécessaire que je précise qu'il s'agit d'un jeu d'adultes à dstination des adultes et ce loin des chastes oreilles?

    cela commence le matin, de manière très innocente, par quelques allusions ambigues... plus la journée avance, plus les propos et les gestes sont explicites. Ambiance calienteeeeeeeee....

    Je n'y peux rien, ça m'amuse! Mais j'avoue que c'est beaucoup moins drôle... depuis que ma complice est à la fac le vendredi.


    9 commentaires
  • Le filon bulgare ne me semble pas très fiable... tssss , je vous vois venir avec vos idées tortueuses... il ne s'agit pas d'un quelconque trafic! je m'explique:

    Avec une collègue, j'ai postulé pour une formation intitulée "situer les enseignements dans l'espace européen". Concrètement il s'agit d'un stage de quatre semaines (du 9 mai au 6 juin) au cours desquelles nous libérons nos classes pour les prêter à des stagiaires IUFM afin qu'ils s'entraînent à ne pas trop abîmer les élèves. Et nous, on en profite pour faire un petit tour du côté de la formation continue.

    Ce stage a ceci de particulier: rien n'a été prévu! Nous devons trouver un pays d'acceuil, un établissement d'accueil... le but étant de suivre un cours (de langue, de sciences, d'informatique, de poterie, de macramé, de piercing... peu importe le contenu, ça ils s'en foutent à l'inspection) ou bien, de faire un séjour d'observation du système éducatif local dans une (voire plusieurs, mais là ça complique méchamment les démarches) école.

    Première étape: candidature auprès de l'inspection académique. cette étape et passée, candidature retenue... carte blanche pour le reste.

    Voici ce qui est théoriquement prévu: une semaine de préparation au stage, en France (où? aucune idée... dommage que ce ne soit pas à Paris autour du 28 novembre) , deux semaines dans le pays d'accueil (obligatoirement en Europe évidemment) et une semaine de mise en commun... Voilà pour la théorie. En pratique, attendu que tous les postulants ne partiront pas aux mêmes dates, je nous prédis deux semaines de glande dans nos écoles.

    Tout ceci est chapeauté par l'agence Socrates, dans le cadre du programme Coménius (je ne m'explique pas davantage là dessus c'est assez complexe... mais pour situer, Erasmus c'est eux aussi) qui nous alloue, si notre dossier tient le route,  une bourse d'étude d'un montant de 2000 euros maxi pour couvrir le transport, l'hébergement, les cours etc...

    Voilà. Le décor est planté. Nous avons une piste en Bulgarie, qui, comme le titre l'indique, ne me semble pas très fiable. Je cherche donc une solution de repli, voire une autre solution tout court.

    Je lance donc un appel (oui, je sais je demande beaucoup ces temps ci) aux visiteurs de ma résidence secondaire. En Bref, si vous avez des informations quelles qu'elles soient je suis intéressée.

    Des exemples d'infos intéressantes? Un pote à Florence qui a suivi un cours intéressant de rempotage de bonzaïs... une cousine à Londres dont la fille fréquente une école dont le dirlo super sympa accepterai deux stagiaires françaises durant deux semaines... l'adresse d'une auberge de jeunesse épatante en Roumanie.. n'importe quelle information vous dis-je!

    cela, bien sûr ne me dispense pas de poursuivre mes recherches (ce que je fais d'ailleurs).. mais un bon brainstorm collectif fait parfois considérablement avancer les choses.

    PS: au cas où quelqu'un se sentirait concerné par cette information, Bruxelles et la belgique me tentent  énormément.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique