• Depuis son retour il était muré dans son silence...

    Je somnolais lorsqu'il est entré dans la chambre sans un bruit pour ne pas me réveiller.

    Il s'est allongé tout doucement près de moi et a remonté le drap sur mes épaules dans un geste d'une infinie tendresse.

    J'ai ouvert les yeux.

    Les mots sont enfin venus.

    Ce matin, Maitresse a le sourire


    8 commentaires
  • Ce soir j'avais invité ma môman au restaurant pour son anniversaire.

    Après l'avoir déposée, sur le chemin du retour, une chanson à la radio...

    Seven Nation Army... The White Stripes

    Les souvenirs affluent, un grand vertige, mes larmes commencent à couler.

    Je suis perdue sans toi.

    N'est ce vraiment que de ma faute?

    bad days, bad nights...


    11 commentaires
  • C'était il y a un an et quelques heures....

    Pour ceux qui suivent, souvenez-vous... "tu as des yeux magnifiques" etc...

    Une année riche en rebondissements heureux ou malheureux... mais tout est bien qui finit bien.

    Je t'aime


    10 commentaires
  • Chapitre 1 : plantons le décor

    Petite fête hier soir... Nous fêtons le nouveau boulot beaucoup plus intéressant que l'ancien du mec (l'ancien boulot, hein, pas l'ancien mec) de mon amie d'enfance.

    Il se trouve que c'est en fêtant l'anniversaire de l'amie en question que j'ai rencontré mon p'tit loup... lui même ami du frère de l'amie... vous suivez?

    Il se trouve en outre que le frère en question, habitant désormais Grenoble car ayant tout quitté pour suivre l'amour de sa vie était présent aussi.

    Bref.

    Nous sommes une petite vingtaine réunis autour d'une coupe de champagne (bon, ok, plusieurs) sauf la future maman de service, mais qui n'était pas Ellavoila puisque c'était la femme de la vie du frère de mon amie lui même ami de mon P'tit Loup. (J'aime bien compliquer les explications).

    C'est la première fois que nous retrouvons simultanément bien des présents... A savoir, entre autres, mon amie, le mec de mon amie, le frère de mon amie, la nana du frère de mon amie, mon p'tit loup d'amour lui même ami du frère de mon amie, ainsi que le deuxième des frères de mon amie mais le troisième des frères de mon amie était absent ce soir là... Bon Ok, j'arrête, les meilleures plaisanteries sont les plus courtes...

    Les réserves de champagnes étant épuisées, nous émigrons en des lieux moins hostiles et mieux achalandés... Laisant certains des mecs à la maison, ce qui est moyennement festif mais ô combien pratique pour garder le bébé. Pfff, mais non, pas le bébé de la future maman de service, elle n'a pas accouché entre temps!

    Le lieu d'accueil est finalement moyennement accueillant: musique extrêmement forte, épais brouillard nicotiné et une piste de danse fort mal foutue car nécessitant d'être traversée pour tout déplacement.

    Qu'à cela ne tienne, serrons nous davantage et roulez jeunesse...

    Mon P'tit Loup est un danseur extrêmement sensuel... Sa façon de bouger en emboîtant nos corps me met en ébullition... ça n'a pas loupé...

    Résultat nous avons fort vite faussé compagnie à (tsss, mais non, je ne vais pas vous refaire toute la généalogie!) disons la troupe.

    Arrivés dans la voiture j'explique à mon amour la présence de cette bouteille d'eau là, juste sous mes pieds, destinée à m'éviter d'aller chez le premier inconnu venu pour réclamer à boire au risque de me retrouver dans son lit.

    Là, je sens bien qu'une petite explication s'impose pour toi, lecteur de mon coeur, qui ne sait rien de ma rencontre avec P'tit Loup...

    Chapitre 2: La rencontre.... tadaaa (suspens haletant)

    Vous la voulez version court ou long métrage? Court? OK, c'est parti.

    Juin 2004, anniversaire de mon amie (vous savez, celle qui est bardée de frères et d'un mec muni d'un nouveau boulot). il se trouve que par un heureux hasard son frère est né à peu près à la même date, qu'en outre il est de passage à Bordeaux ( avouez que c'est commode, c'est moins convivial une soirée d'anniversaire lorsque le héros de la fête est à Grenoble et les convives à Bordeaux).

    Bref, nous fêtons les anniversaires le même soir. Mon amie, mère maquerelle à ses heures, m'a souvent parlé d'un certain ami de son frère qui, à son avis, me plairait beaucoup. Beurk, j'ai horreur de ce genre de plans.

    Le frère débarque, muni de sa bande de potes, l'ami en question m'est bien entendu dûement présenté. C'est à peine si je lui accorde un coup d'oeil. (si vous croyez vraiment que je vais marcher dans votre combine, vous vous mettez le doigt dans l'oeil jusqu'à vous gratter l'omoplate par l'intérieur).

    Les heures défilent, nous dansons... Il fait une chaleur suffocante, je dégouline de sueur (glamour, non?) et finit en soutien gorge tout en réussissant  à ne pas me faire raccompagner dehors par les videurs pour attentat à la pudeur. Mon futur P'tit Loup en fait autant, à un détail près: il ne portait pas de soutien gorge.

    Au petit matin, alors que nous nous apprêtons tous à réintégrer docilement nos demeures respectives pour un repos bien mérité, nous sommes victimes d'un complot: je suis garée très loin, dans un quartier bien peu recommandable pour l'innocente jeune fille que je suis (j'en vois qui rient au fond). Ca prend du temps mais ils parviennent à leurs fins: mon futur P'tit Loup me raccompagne à ma voiture, le deal étant que je le dépose ensuite chez lui. c'est d'ailleurs à ce moment là que je découvre à quel point son regard est magnifique.

    Or, je l'ai dit, il fait une chaleur suffocante, j'ai perdu environ 57 kg rien qu'en sueur est ma langue et ma gorge sont lyophilisées. Il me propose de me donner une bouteille d'eau pour la route (ben oui, les fameux 50 kms).

    Je suis prête à jurer, et lui aussi, qu'en aucun cas nos intentions étaient impures. A ce moment là.

    Je monte à son appartement, il me propose un thé, j'accepte, je le bois... et nous parlons... pendant des heures. Une discussion à bâtons rompus malgrè la fatigue, de grands éclats de rire... le courant passe merveilleusement bien. Je me sens merveilleusement bien alors que c'est une période de ma vie où je vais très mal.

    Euh... je m'arrête en plein élan... je viens de découvrir que j'ai déjà raconté tout ça là... inutile donc que je continue!

    Fin précipitée du chapître 2.

    Chapitre 3: souvenirs souvenirs...

    Retour donc dans la voiture de mon P'tit Loup qui passe ses vacances chez moi. Impatients donc d'arriver d'autant plus que la route est longue, que malgrè la température nous avons très chaud et qu'en outre nous avons déjà la bouteille d'eau.

    C'est là que je lui propose de faire une pause chez lui, tout près. Pour une petite séquence souvenir.

    Arrivés dans son appartement, il me propose un , j'accepte, je le bois... et nous parlons... pendant des heures. heu non, pas pendant des heures cette fois ci.

    Au bout d'un moment, je m'approche de son canapé... je sais qu'il sait que je vais lui dire qu'il a vraiment des yeux magnifiques... et lui regrette d'avoir laissé le vibro chez moi, ce dernier lui aurait été bien utile pour recréer les tremblements du visage (version photo d'illustration dans les catalogues de VPC).

    Il m'embrasse... et tout recommence comme il y a ... je compte sur mes doigts (ben oui, déformation professionnelle) huit mois. Tiens, cela fait huit mois pile poil ce jour là. heureux hasard...

    Il m'entraîne dans la chambre... Je ne raconte pas la suite il ya des mineurs dans mon lectorat...


    3 commentaires
  • Compter jusqu’à trois…

    Et m’endormir dans tes bras…

    Tu me manques


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique